NL | FR

Projet Bee Best Check

Développement d'un outil original de gestion globale de la santé de l'abeille à destination des apiculteurs

Depuis 1996, un taux élevé de pertes de colonies d’abeilles (Apis mellifera) a été signalé dans de nombreux pays d’Europe (Potts et al. 2010) d’Asie et des Etats-Unis (VanEngelsdorp et al. 2009). L’enjeu économique et écologique représenté par la perte de ces pollinisateurs a lancé la mise en œuvre de nombreuses études sur le sujet, dans le but de déterminer les causes potentielles de mortalité des abeilles (Epilobee[1], reseau Coloss[2]…). L’étude Epilobee réalisée entre 2012 et 2014 et à laquelle ont participé 17 Etats membres de l'union européenne, a montré que la Belgique a le taux de mortalité le plus élevé d’Europe.  

Jusqu’à présent, beaucoup d’énergie a été investie dans la recherche de facteurs de risques possibles à l’origine de cette mortalité (maladies, climat, manque de ressources alimentaires, diminution de la biodiversité, etc.). Les scientifiques s’accordent à dire qu’il s’agit d’une combinaison de facteurs, qui seuls ou en synergie, provoque le phénomène de mortalité.

L’objectif de l’étude Bee Best Check est, dans un premier temps, d’investiguer et d’inventorier la pratique apicole d’usage en Belgique, de la corréler à la mortalité afin de déterminer quelles pratiques auraient une influence positive ou négative sur la mortalité. Dans un deuxième temps, formuler des recommandations et développer un système en ligne d’auto-évaluation à destination des apiculteurs, leur permettant de suivre l’évolution de la mortalité en fonction de leur pratique apicole.

[1] Etude Epilobee : étude épidémiologique sur la disparition des colonies d'abeilles dans l'union européenne, l’objectif de cette étude menée entre 2010 et 2014 était d’établir un état des lieux de la mortalité des colonies d’abeilles dans les Etats membres participants et d’étudier les principales maladies affectant les abeilles.

[2] COLOSS: Réseau international (prevention of colony losses) : le réseau COLOSS regroupe 214 chercheurs et responsables du développement apicole de 54 pays différents.  Le but de ce réseau est de coordonner au niveau international la lutte contre les pertes de colonies.

 

Personne de contact : Noëmie El Agrebi

Acteur(s) : Epidémiologie et analyse des risques appliquées aux sciences vétérinaires - Faculté de médecine vétérinaire

Lieu : Université de Liège

Site web


Inscription au colloque

Je participe


Encoder vos actions, projets, campagnes pour les abeilles

» Insérer l'information

Actions, projets et campagnes pour les abeilles

» Voir l'aperçu
Deel