NL | FR

Etudes des mortalités inexpliquées des colonies d’abeilles

Ces recherches visent à identifier les facteurs de stress pour l’abeille domestique.

Les recherches menées conjointement par le Centre Apicole de Recherche et d'Information (CARI) et le Centre wallon de Recherches agronomiques (CRA-W) visent à identifier les facteurs de stress pour l’abeille domestique.

Lors d’une première étude (DEPAB1), financée dans le cadre du Plan Maya, une corrélation significative a été identifiée entre la présence de résidus fongicides dans les ruches et le dépérissement hivernal des colonies. Au contraire, aucune corrélation n’a été détectée avec les 3 virus les plus fréquemment observés (DWV, BQCV, SBV). Ce lien surprenant entre mortalité et la présence de fongicides n’a toujours pas été expliqué à ce jour. Plusieurs hypothèses ont été émises : effets sublétaux sur l’abeille, perturbation des micro-organismes vivants dans le tube digestif de celle-ci ou de la microflore du pain d’abeille. Afin de clarifier les mécanismes responsables de ces effets délétères sur les abeilles, des recherches devront être menées dans ce sens. Par ailleurs, cette étude montre également que la probabilité de dépérissement augmente lorsque le paysage autour du rucher est constitué principalement de cultures.

En complément à cette première étude, une analyse des résidus de pesticides présents dans le pollen de trappe et du paysage autour des ruchers a été effectuée (DEPAB2). Elle indique que les abeilles sont exposées aux pesticides même si ceux-ci sont appliqués sur des cultures non attractives et que l’exposition peut se produire tardivement dans la saison (septembre – octobre). L’exposition pourrait notamment provenir de drifts sur les bordures des cultures ou de  bandes fleuries ou encore la contamination des cultures de couverture (moutarde, phacélie).

Ces résultats constituent de nouvelles pistes de recherche sur le dépérissement des abeilles et pourraient à terme remettre en question certaines pratiques agricoles et l’évaluation du risque des pesticides à l’égard des abeilles.

Personne de contact : Louis Hautier & Noa Simon

Acteur(s) : CRA-W, CARI

Lieu : Belgique

Remarques:  Simon-Delso N, San Martin G, Bruneau E, et al. (2014) Honeybee Colony Disorder in Crop Areas: The Role of Pesticides and Viruses. PLoS ONE 9:e103073. doi: 10.1371/journal.pone.0103073

Site web

Fichier


Inscription au colloque

Je participe


Encoder vos actions, projets, campagnes pour les abeilles

» Insérer l'information

Actions, projets et campagnes pour les abeilles

» Voir l'aperçu
Deel